Méthode mère kangourou en famille : quand tous participent

On pense toujours à la méthode « mère kangourou » : maman et bébé, mais nombreux services proposent aussi cette méthode à d’autres membres de la famille.

 

peau-à-peau en famille

Photo : Jeune fille de 10 ans avec son petit frère de 30 jours (1680 grammes) en méthode mère kangourou.

Ver imagem original

skin-to-skin

Ver imagem original

Sources :

http://www.vsshp.fi/en/toimipaikat/tyks/to8/to8b/Pages/default.aspx

http://naturalparentsnetwork.com/skin-to-skin-bonding-brothers/

http://www.bolsademulher.com/bebe/foto-fofa-de-pai-fazendo-metodo-canguru-espalha-amor-na-internet-saiba-o-que-e

http://trillizosmacnorlin.blogspot.fr/2014/06/grandparents-norlin-visit.html

SOS Préma pour tous les bébés hospitalisés en néonatalogie.

SOS Préma pour tous les bébés hospitalisés en néonatalogie.

J’ai rencontré Catherine Hubert, correspondante locale SOS Préma pour la Gironde, le 17 novembre lors de la journée de la prématurité. Un événement SOS préma était organisé au sein du Groupe Hospitalier  Pellegrin en collaboration avec l’association A P’tits Pas.

SOS Préma, c’est 70 antennes, 300 correspondants locaux, une permanence téléphonique nationale pour soutenir les parents de tous les nouveaux-nés hospitalisés.

Leur action comprend 3 axes :

Le soutien aux parents

Par le biais d’une écoute (téléphonique, cafés parents, groupe fermé facebook),  de brochures, la distribution de pochettes préma qui permet de donner une place, une reconnaissance car ne pas avoir une boîte rose est vécu très douloureusement par les mamans.
trousse prema

 

Le lien avec les professionnels de santé

L’objectif est de toujours ramener les parents vers les soignants afin de garantir un suivi optimal, faciliter le dialogue avec les médecins dans un rapport de confiance. De surcroît, être une association d’usager présente au sein du groupe hospitalier garanti le travail en réseau et permet que les familles aient un relais à la sortie de leur bébé.

La relation avec les pouvoirs publics.

En 2006 SOS Préma a obtenu le rallongement du congé maternité pour les naissances prématurées. Hors, à ce jour, il existe d’importantes disparités territoriales car certaines CAF n’appliquent pas cette mesure. Cela induit alors des inégalités profondes. Ainsi une mesure égalité territoriale doit être votée, l’association aide les parents dans leurs démarches.

Plus particulièrement ce 17 novembre, l’association présentait une magnifique et émouvante exposition photo sur l’après prématurité.

 

expo-photo-sosprema33

 

sos prema 33

 

C’est l’histoire d’Andrée, 88 ans, née en 1927, qui m’a le plus marquée. En effet, elle a été placée dans une boîte à chaussures et nourrie au lait concentré, installée près du feu…. Extraordinaire d’avoir survécu, à une époque où les soins n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui. Exposition pleine d’espoir pour les familles.

SOS Préma a besoin de votre soutien, n’hésitez pas à faire un don

 

Pleins d’informations utiles et complémentaires sur le site http://www.sosprema.com/

Merci à Catherine Hubert pour le temps qu’elle m’a accordé.

 

Méthode peau-à-peau : les stéréotypes de genre ont été brisées

Méthode peau-à-peau : les stéréotypes de genre ont été brisées

Les stéréotypes de genre ont été brisées au cours du week-end . Deux jeunes pères ont été autorisés à rester en peau-à-peau avec leurs nouveau-nés prématurés en pratiquant «kangourou» à l’hôpital de Nanjing. Une petite nouvelle qui montre que des changements sont en cours concernant la méthode « mère-kangourou » en Chine.

methode-kangourou-asie  methode-kangourou-papa-chine

La «Méthode kangourou» est une méthode de soins bébé prématuré dont le principe est de permettre au bébé de rester en contact peau à peau avec un parent, généralement la mère, aussi longtemps que possible chaque jour.

Pour cette première, les papas ont resté environs 2 heures en contact peau-à-peau avec leurs prémas de 1,5kg sur leur poitrine.

 

http://shanghaiist.com/2015/11/16/kangaroo_dads.php

17 novembre : Journée Mondiale de la prématurité

17 novembre : Journée Mondiale de la prématurité

La prématurité : de belles promesses et des défis encore à relever 

 

Ces dernières années, les progrès de la médecine ont permis d’améliorer la prise en charge des bébés nés avant terme. Beaucoup de zones d’ombres et d’améliorations restent néanmoins à découvrir, afin d’augmenter les probabilités de survie des bébés prématurés, en particulier des grands prématurés.

 

Un problème de santé majeur

 

Sur une initiative de l’OMS, le 17 novembre est consacré chaque année Journée mondiale de la Prématurité. Grâce à l’intervention de plusieurs associations et établissements de santé, l’Organisation mondiale de la santé ambitionne surtout de souligner l’importance de ce phénomène, qui est loin d’être un cas rare contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent. Rien qu’en France, le nombre de bébés nés prématurément s’élève à plus de 60 000 chaque année, un chiffre en perpétuelle augmentation. A l’échelle de l’Europe, ce chiffre monte à 500 000 cas annuels, pour plus de 15 millions de bébés prématurés à travers le monde. Le 17 novembre se présente dès lors comme une grande occasion d’attirer l’attention sur ce problème de santé, mais aussi de sensibiliser les mères et les familles sur les avancées médicales existantes dans la prise en charge des bébés nés avant terme.

 

Ces prises en charge adaptées sont d’une importance capitale pour la santé et l’avenir même des bébés prématurés. Une étude récente de l’Université de Warwick, à Coventry, fait apparaitre en effet que les enfants nés prématurément ont de plus grandes chances d’échouer économiquement à l’âge adulte que les enfants nés à terme. Cette vulnérabilité s’expliquerait avant tout par les séquelles de la prématurité, qui affectent essentiellement leur cerveau, considéré comme « immature » par les chercheurs. Outre ces résultats à long terme, les bébés prématurés sont susceptibles de rencontrer des difficultés particulières, tels des troubles du langage, ou encore des troubles visuels et des déficits de motricité. Ces séquelles ne sont toutefois pas systématiques : les chiffres montrent que 90 % des grands prématurés et pas moins de 70 % des très grands prématurés grandissent normalement, après une prise en charge adéquate en unité de néonatalogie.

 

Des soins en constante amélioration

 

En France, la prise en charge des bébés prématurés est strictement régulée, afin de réduire au minimum le taux de mortalité dans cette catégorie d’âge. Les maternités se sont spécialisées suivant les niveaux de prématurité. Les grands prématurés, soit nés entre la 33e et la 35e semaine, sont directement transférés dans une maternité de niveau II, tandis que les prématurés extrêmes – ceux nés avant la 33e semaine – sont pris en charge par une maternité de niveau III. Le placement en incubateur des grands et très grands prématurés est systématique, le but étant de maintenir la température du bébé à un niveau équivalent à celui du corps de la mère, soit à 37 °. En cas de difficultés respiratoires, le recours à des sondes respiratoires reliées directement à la trachée est indispensable.

papa-en-peau-a-peau

Des appareils performants et des moniteurs spécialisés surveillent en permanence l’alimentation du bébé par perfusion, ainsi que son taux d’oxygène et sa fréquence cardiaque. L’environnement de ces maternités spécialisées est par ailleurs conçu de manière à éviter les infections des prématurés, leur système immunitaire étant encore immature, mais aussi afin de faciliter l’adaptation du bébé à un environnement extérieur différent de l’utérus de sa mère. Les procédures  de soins des prématurés n’ont de cesse de s’améliorer au fil des années.

 

Des lendemains plus prometteurs

 

La prise en charge pourrait même être encore plus avancée, si l’on en croit une découverte très récente des chercheurs de l’École Médicale du Sud-Ouest à l’Université du Texas. Ces scientifiques ont identifié deux protéines, SRC-1 et SRC-2, au niveau du poumon du fœtus. Ces protéines seraient responsables de l’activation des gènes des poumons et influent directement sur l’inflammation de l’utérus pour lancer le processus d’accouchement. En partant de ce constat, les auteurs de la découverte stipulent que le déclenchement de l’accouchement est déterminé par le fœtus lui-même. L’équipe estime dès lors qu’en modifiant la concentration de ces protéines dans les poumons du foetus, il est possible de retarder ou d’avancer l’accouchement et de mieux gérer ainsi les cas de prématurité. Les tests, bien qu’effectués sur des souris, laissent en tout cas entrevoir de belles promesses qui pourraient faire avancer les soins des grands prématurés dans un avenir proche.

Peau à peau information

Cette semaine le blog peau à peau a vu

 

Au chevet des grands prématurés

fond site Quebec
http://enfantsquebec.com/2015/06/22/au-chevet-des-grands-prematures/
Le « Modèle d’intégration de la famille dans les soins (MIFS) » a été mis en place au centre hospitalier universitaire de Laval en 2013. Les parents sont impliqués et partenaires des soignants dans les soins de leurs nouveau-nés prématurés.

 

La course des héros 2015

Sans titre

http://www.sosprema.com/2015/06/22/merci-a-tous-nos-heros/
Grâce à leurs 93 « héros » et à ses donateurs l’association sos prema a récolté 46 401 € de dons.