Historique

 La peau n’est pas qu’une enveloppe physiologique, elle a aussi une fonction psychologique qui permet de contenir, de délimiter, de mettre en contact, d’inscrire. La peau, par ses propriétés sensorielles, garde un rôle déterminant dans la relation à l’autre.

ANZIEU D, Le Moi-Peau, Paris, Dunod, 1985

 

Un peu d’histoire : la méthode mère kangourou

C’est en 1978, en Colombie, que les bénéfices du peau à peau ont été mis au jour. En effet, dans le service de néonatalogie de la maternité de Bogota, les couveuses étaient en quantité insuffisantes et les bébés étaient regroupés. Le risque infectieux était trop important, ainsi, les soignants ont proposé aux parents d’installer leurs nourrissons contre eux afin de les réchauffer. La température a monté et s’est stabilisée à 37°.

Pour Nathalie Charpak, pédiatre française expatriée en Colombie, « le peau à peau permet certes de combler le manque de structure médicale dans les pays du Sud, mais aussi de pallier les carences affectives induites par la mise sous couveuse de ces bébés trop petits, trop faibles, trop fragiles. »

De ce constat sont nées, en France,  les unités Kangourou. Aujourd’hui la technique du peau à peau s’est élargit aux maternités ainsi qu’à l’intimité du foyer.

Avant un an, l’enfant sécure est celui qui demande beaucoup de proximité.

 

Quels sont les bénéfices du peau à peau ?

Que vous ayez fait le choix de l’allaitement ou du biberon, installer le nourrisson dès la naissance en peau à peau lui permet une transition plus douce entre la vie intra et extra utérine. Ce soin permet une excellente régulation de la température, une bonne régulation du rythme cardiaque et de la respiration, un taux de glycémie adéquat et l’échange de bactéries avec la maman et le papa. Cet échange est  indispensable dans la constitution de l’immunité.

En outre, votre bébé possède un certain nombre de compétences, qu’il pourra mettre en œuvre si les conditions sont réunies. L’odorat, l’ouïe,  le toucher et le réflexe d’agrippement seront stimulés par ce peau à peau précoce.

Si vous souhaitez l’allaiter ou au moins lui offrir une tétée de bienvenue, la vue de l’aréole et son odeur vont le motiver à ramper vers le sein à fouisser,  à prendre le sein. Le peau à peau déclenche de surcroît,  la libération de l’hormone du bien-être « l’ocytocine » chez la maman, le papa et chez le bébé ce  qui permet d’une part l’instauration et le renforcement du lien d’attachement entre eux et d’autre part une excellente mise en route de l’allaitement.

 

Et après la naissance ?

Pratiqué régulièrement après la naissance, le peau à peau permet au bébé de s’endormir plus facilement, les bébés habitués au peau à peau pleurent moins. Cela permet également de faire baisser la température en cas de fièvre bénigne. Et cela peut influer sur la conduite de l’allaitement en stimulant un bébé qui tèterait peu ou moins, en stimulant la lactation par la libération de l’ocytocine et donc en favorisant le repos et le bien-être de la maman.
De façon plus générale, les parents qui pratiquent le peau à peau se sentent plus en confiance, se sentent plus compétents avec leur bébé. Ce sentiment de confiance et de compétence ainsi que l’attachement fort des parents pour leur bébé participent à la prévention de la maltraitance.

 

Sources :

Institut co-naître
mpedia.fr
psychologies.com
Morgane Vrai, Psychisme, 2012

 

Découvrez les bienfaits de la méthode kangourou (méthode peau à peau)